Un Bonheur inconstant

13 décembre 2017 - Texte et photo Anyela Vergara, directrice générale Centre de soutien entr'Aidants - (MG)

Une auteure inconnue, Ginette Martel, se décide à publier son premier roman. Pour contrer une actualité très sombre, elle choisit son manuscrit le plus heureux et arrive à le faire publier enfin. C’est entouré de sa famille et ses amis que Ginette Martel a dévoilé son livre.

Un bonheur inconstant avec pour sous-titre Dalia et les siens est une œuvre fictive qui prouve bien que la mort n’arrête pas le contrôle.  Robin, le père de Dalia vient de mourir et lui laisse en héritage son empire.  Un cadeau empoisonné ?  Peut-être, mais Dalia fera tout pour comprendre le manuscrit laissé par son père. 

Ginette Martel, auteure "Un Bonheur inconstant"En passant par un chemin parsemé d’enveloppes et de coffres laissés par le défunt, Dalia et les siens devront apprendre à composer avec l’absence du patriarche. 

Qui sont Sandrine, Nadia, François, Alexandra, Philippe ? Tous des proches de Dalia.  Qui est Mathieu ?  Suivez leur histoire au fil de ce roman de 400 pages.  On ne s’ennuie pas.  On en redemande.  Vous aimerez : François, le mari de Dalia, qui fait partie de Médecine sans Frontières.  Nadia, la femme de Robin et la mère adoptive de Dalia.  Sandrine, sa mère biologique qui fréquente les AA.  Alexandra et Philippe, les enfants de Dalia.  Vous aimerez aussi : le Complexe des Trois-Lacs, la Fondation, les réunions de famille et toutes les relations interpersonnelles de tous ces personnages.  J’aurais pu m’y perdre.  Au lieu de cela, je vous raconte une histoire vraisemblable sans longueur et avec entrain.  Vous lirez ces pages et vous en redemanderez.  Merci à vous.

Y aura-t-il une suite ?  Nous l’espérons tous.

Un bonheur inconstant, Dalia et les siens 400 pages, auteure : Ginette Martel, Éditions de l’Apothéose.

Propulsé par 7Dfx