Xavier Barsalou Duval demande au ministre des transports de céder les battures Tailhandier au parc national des Îles-de-Boucherville

13 novembre 2017 - Texte et photo bureau du député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, Xavier Barsalou-Duval - (MG)

Le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères, Xavier Barsalou-Duval, demande au ministre des transports du Canada, Marc Garneau, de céder au Québec les grandes battures Tailhandier y compris les petites Îles situées à l’est des battures pour les annexer au parc national des Îles-de-Boucherville. Cette demande du député vient en appui à la Société pour la nature et les parcs du Québec (SNAP Québec) et les Amis du parc national des Îles-de-Boucherville (Amis du PNIB) qui ont déjà entamé la démarche.

Les grandes battures Tailhandier à Boucherville
Les grandes battures Tailhandier à Boucherville

Les battures Tailhandier font partie du grand archipel des Îles-de-Boucherville et renferment une biodiversité importante qui serait mieux protégée si le territoire était annexé au parc des Îles-de-Boucherville. Actuellement, dû à l’absence de surveillance des autorités fédérales, les battures Tailhandier sont un territoire de choix pour les braconniers.

 «Au parc des Îles-de-Boucherville, la SEPAQ a déjà l’expertise et le personnel qualifié sur place, mais elle ne peut pas intervenir sur les battures comme tel puisqu'elles sont régies par Transport Canada. Leur annexion permettrait de faciliter leur gestion tout en assurant l’intégrité écologique des lieux,» a affirmé Xavier Barsalou-Duval.

Les battures sont peu entretenues et une grande quantité de déchets sont laissés sur place par ceux qui fréquentent l’endroit. Le changement de statut mettrait aussi fin au risque que le site serve de dépôt lors d’éventuels dragages du fleuve. «Dans les faits, les battures font déjà partie intégrante de l'expérience du visiteur du parc national des Îles-de-Boucherville. Leur transfert offrirait ainsi au public un accès encadré,» a ajouté le député.

Monsieur Barsalou-Duval a aussi tenu à réagir par rapport à l’inquiétude manifestée publiquement par des chasseurs craignant de perdre leur privilège : «Intégrer les battures Tailhandier au parc des Îles de Boucherville n'empêchera pas la chasse à la sauvagine. Les cours d’eau navigables ne seront pas gérés par la SEPAQ et demeureront sous juridiction fédérale,» a poursuivi le député.

La localisation stratégique des grandes battures Tailhandier, en plein centre du territoire de la communauté métropolitaine de Montréal, où il existe un déficit important de territoire protégé, rend encore plus pertinent ce projet qui permettrait de préserver l’un des rares bastions naturels de la région.

«Une augmentation de deux kilomètres carrés de la superficie du parc national des Îles de Boucherville enverrait un message positif quant au sérieux de l’engagement du gouvernement à l’égard de la protection de l’environnement sans même qu’il ait besoin de dépenser quoi que ce soit,» a conclu monsieur Barsalou-Duval.

Propulsé par 7Dfx