Parité femmes-hommes : Les élues municipales identifient des pistes de solutions!

4 mai 2018 - Texte et photo Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie - (MG)

La Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie, la Table de concertation de groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent et la Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie sont fières d’annoncer les résultats des rencontres menées auprès d’élues et d’anciennes élues municipales de même que des personnes-clés des milieux politiques et municipaux.

Une des rencontres tenues à Saint-Hyacinthe en Montérégie en compagnie des élues locales des municipalités régionales de comté environnantes  -   Crédit photo : Annie Beauregard
Une des rencontres tenues à Saint-Hyacinthe en Montérégie en compagnie des élues locales des municipalités régionales de comté environnantes - Crédit photo : Annie Beauregard

Au terme des 18 rencontres tenues dans les trois régions participantes, les discussions avec les 137 femmes consultées ont confirmé la présence d’obstacles systémiques posant un frein à la pleine participation de toutes les femmes à la politique municipale.

Un climat de travail parfois difficile

En effet, plusieurs élues ayant rejoint un conseil municipal majoritairement et historiquement masculin ont eu à composer avec un climat de travail parfois difficile (commentaires désobligeants, blagues et préjugés sexistes, intimidation) et axé sur la confrontation plutôt que sur la recherche de compromis ou de consensus.

Triple travail

En outre, pour de nombreuses femmes, les difficultés de conciliation du rôle d’élue avec leur autre emploi et leur famille constituent un obstacle majeur. De fait, le fardeau des responsabilités familiales et domestiques ­– et la charge mentale qui l’accompagne – incombe encore principalement aux femmes. Par conséquent, elles ont moins de temps et d’énergie à consacrer à la vie politique de leur municipalité.

Ainsi, si on parle parfois de double travail chez les femmes qui détiennent un emploi rémunéré et assument les responsabilités familiales et domestiques, l’implication politique des femmes au sein des petites municipalités signifie pour ces conseillères et mairesses l’accumulation d’un triple travail.

Des pistes de solutions basées sur leurs expériences

À travers ces rencontres, les femmes rencontrées ont dégagé de nombreuses pistes de solutions : mise en place de campagnes de sensibilisation du rôle des éluEs et de programmes de mentorat, adoption et affichage d’un code de conduite, offre de formation d’animation de séances et de prise de parole, remboursement des frais de garde, participation à distance et amélioration de l’efficacité des réunions et des séances.

Ces idées permettront aux partenaires du projet de développer des stratégies qui viseront à aplanir certains obstacles relatifs à la conciliation travail-famille-implication, au climat et à la structure du travail des éluEs qui rendent la participation des femmes en politique municipale plus difficile. Au cours de la prochaine année, ces stratégies seront mises à l’essai dans le cadre de laboratoires de pratiques qui se dérouleront dans des municipalités du Bas-Saint-Laurent.

Le projet Plus de femmes en politique ? Les médias et les instances municipales, des acteurs clés !, réalisé grâce au financement de Condition féminine Canada, se poursuit jusqu’en 2020. « Nous avons très hâte de partager les résultats des solutions testées dans le Bas du Fleuve avec les municipalités de la Montérégie. En travaillant de concert avec les instances municipales afin d’éliminer les obstacles à la représentation des femmes, nous effectuerons un pas essentiel vers la parité. », a déclaré Audrey Gosselin Pellerin, agente de projet de la Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie.

Montérégie :

La Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie est un regroupement d’organismes sans but lucratif, fondé en 1988, qui a pour mission l’amélioration des conditions de vie des femmes de notre région sur les plans économique, politique et social. Elle travaille dans une perspective de défense de droits et d’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Source :

Audrey Gosselin Pellerin

Agente de projet, Table de concertation des groupes de femmes de la Montérégie (TCGFM)

Téléphone : 450.671.5095

Courriel : info@tcgfm.qc.ca

Bas-Saint-Laurent

La Table de concertation de groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent est un réseau féministe d’action concertée qui réunit dix-neuf groupes de femmes de la région du Bas du Fleuve. Nous agissons dans plusieurs domaines qui touchent aux conditions de vie des femmes : pauvreté, violence, santé, place des femmes dans les lieux de pouvoir. Toujours, notre action est marquée au sceau de l’affirmation collective des femmes. La Table de concertation a comme grands objectifs de développer la solidarité des femmes et d’assurer la prise en compte de leurs intérêts dans la vie collective du Bas Saint-Laurent. 

Source :

Catherine Berger : 418-556-3062, cbtcgfbsl@gmail.com

Annick Mercier : 418-492-1449, amtcgfbsl@gmail.com

Agentes de projet, Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent (TCGFBSL)

Mauricie

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie est un regroupement régional féministe de défense collective des droits qui a pour mission de favoriser la concertation et d’agir sur les questions mettant en jeu les intérêts et les conditions de vie des femmes.

Source : Joanne Blais

Directrice, Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM)

819-372-9328 ou 819-386-2191

info@tcmfm.ca

Audrey Gosselin Pellerin

Agente de projet

a.gosselin.pellerin@tcgfm.qc.ca             

Bureau : 450.671.5095 · Cellulaire : 514.222.5268

TCGFM, 158, rue Charron, Longueuil (QC) J4R 2K7

www.tcgfm.qc.ca

Propulsé par 7Dfx