Le gouvernement libéral et la CAQ ont fait leur choix : nos enfants continueront de fréquenter des écoles vétustes

22 mai 2018 - Bureau de Diane Lamarre, députée de la circonscription de Taillon - (MG)

La députée Diane Lamarre de la circonscription de Taillon, dénonce le fait que le gouvernement ait choisi de retirer 670 M$ du réseau de l’éducation du Québec, alors que les besoins sont multiples et urgents, et les écoles, en fort mauvais état. «Ici, dans Taillon, le déficit d’entretien des établissements scolaires nécessite pourtant des investissements importants qui ne peuvent être réalisés si le gouvernement ampute les budgets», a-t-elle déclaré d’entrée de jeu.

Mme Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile
Mme Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile

EN BREF

Le gouvernement libéral choisit de baisser les taxes scolaires; c’est donc une somme de 670 M$ qu’il retire du budget de l’éducation.

Après 15 ans de négligence libérale, les écoles sont vétustes; la moitié des établissements scolaires du Québec sont en mauvais ou en très mauvais état.

La CAQ ferait encore pire; elle promet de piger 1,4 G$ dans ce même budget.

Le Parti Québécois fera de l’éducation une réelle priorité et adoptera une loi bouclier qui protégera les budgets qui y sont liés.

«Le gouvernement libéral a choisi de piger 670 M$ dans le budget de l’éducation et de consacrer cette somme à une baisse de taxes scolaires. Alors que le premier ministre Philippe Couillard reconnaît lui-même que sa distribution de bonbons électoraux n’aura aucune influence sur la réussite des élèves, il est étonnant qu’il s’entête ainsi à priver les écoles du Québec des sommes nécessaires à leur réfection ou à leur rénovation», a par ailleurs constaté Madame Lamarre.

«Les nouvelles inspections, effectuées dans toutes les régions du Québec, l’ont démontré : nos écoles sont vétustes. Les toits coulent, les classes sont bondées, les corridors sont délabrés, les champignons affectent la qualité de l’air… La moitié de nos établissements scolaires sont en mauvais ou en très mauvais état. Ici, par exemple, les écoles Adrien-Gamache, Carillon, Joseph-De Sérigny, CFP Charlotte-Tassé, Bel-Essor, Gentilly (Boisé des Lutins), Jacques-Rousseau et l’Édifice Marie-Victorin ont la cote de TYPE D, c’est-à-dire, MAUVAIS. C’est épouvantable! C’est plus d’un millier de jeunes qui doivent apprendre et se développer dans des conditions jugées mauvaises. Le gouvernement libéral et la Coalition Avenir Québec peuvent-ils expliquer aux parents des enfants qui fréquentent cet établissement pourquoi ils préfèrent une baisse de taxes à des écoles saines?», a ajouté la députée, qui a en outre rappelé que de son côté, la CAQ promet de faire encore pire que les libéraux : au pouvoir, elle amputerait ce même budget de 1,4 G$.

«L’éducation, ça devrait être la priorité permanente de la nation. Il est inacceptable qu’en 2018, au Québec, on ait des écoles qui tombent en ruine. Avec le Parti Québécois au gouvernement, la rénovation des écoles sera au coeur des priorités, et les budgets consacrés à l’éducation, à la famille et à la protection de la jeunesse seront protégés des coupes. Ça suffit de jouer au yoyo avec l’avenir de nos enfants. Nous adopterons une loi bouclier qui assurera que l’éducation soit toujours financée à hauteur des besoins du réseau. La réussite de chacun, c’est le projet collectif du Parti Québécois», a conclu Madame Lamarre.

Propulsé par 7Dfx