La députée Diane Lamarre veillera au respect des échéanciers des travaux du pont de l’Île Charron

26 octobre 2017 - Bureau de Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile - (MG)

Madame Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile, est heureuse et fière de constater le début des travaux de reconstruction du viaduc de l’île Charron.

Mme Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile
Mme Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, d’accessibilité au soin et de soutien à domicile

Depuis 2015, suite au dépôt d’un rapport aux conclusions accablantes concernant l’état de la structure du pont de l’île Charron enjambant l’autoroute 20, madame Lamarre a multiplié les démarches  pour la mise en œuvre du chantier. 

«En février 2016, le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’électrification des transports de l’époque, M. Jacques Daoust m’avait confirmé par écrit, à la suite de mes demandes soutenues, la reconstruction complète du pont de la rue de l’Île Charron en 2017.  Il ne restait que trois mois au gouvernement pour respecter son engagement écrit à mon endroit.  Après plusieurs délais et reports c’est avec satisfaction que j’accueille le début des travaux préparatoires comportant la démolition du pont », a déclaré Diane Lamarre.

 Toutefois, l’engagement du gouvernement prévoyait que les travaux seraient terminés en 2017, je constate que la 2ième étape, celle de la reconstruction ne débutera qu’au printemps 2018 et s’étalera jusqu’à l’automne.

«Je resterai vigilante auprès du nouveau ministre des transport, André Fortin.  Je suivrai l’évolution des travaux, et veillerai à ce que le délai supplémentaire annoncé par le gouvernement ne soit pas à nouveau prolongé.  Le respect de l’échéancier doit être assuré», a conclu Diane Lamarre.

Propulsé par 7Dfx