Donner au temps des Fêtes - Point de vue d’expert avec Pre Martine Pelletier

15 décembre 2017 - Université de Sherbrooke - (MG)

Grande guignolée des médias, paniers de Noël, collecte de jouets des pompiers… ce ne sont pas les occasions qui manquent pour donner au temps des Fêtes. Mais à une époque où nous vivons et consommons de façon effrénée, quelle place occupe le don dans notre société?

Martine Pelletier, professeure au Département des lettres et communications de la Faculté des lettres et sciences humaines
Martine Pelletier, professeure au Département des lettres et communications de la Faculté des lettres et sciences humaines

Entretien avec Martine Pelletier, professeure au Département des lettres et communications de la Faculté des lettres et sciences humaines. La professeure Pelletier a mené des travaux sur les questions du bonheur et du don ainsi que sur l'éthique des médias.

De façon générale, qu'est-ce qui motive les gens à donner?

C’est une question qui alimente depuis longtemps les recherches en sciences humaines. Les motivations du don contemporain peuvent être regroupées sous 4 grands faits :

·         Avoir un sentiment de compassion envers les personnes dans le besoin.

·         Être touché personnellement par la cause.

·         Croire en la cause.

·         Se sentir redevable à la collectivité.

Ces facteurs sont nuancés selon les contextes de vie des gens, l’âge, les valeurs, le temps dont nous disposons, etc. L’éventail des motifs du don est assez large, il peut osciller entre l’obligation fondée sur une croyance et les crédits d’impôt annuels ou le désintéressement et la gratuité. Mais entre ces pôles, il n’est pas toujours clair de déterminer ce qui est impliqué dans le fait de donner. Toutefois, selon une étude de statistiques Canada de 2013,
9 dons sur 10 seraient motivés par la compassion.

Comment choisir à quelle cause ou à quel organisme de bienfaisance donner?

Question difficile et qui se corse vu l’ampleur des causes. Donner à une seule cause ou à plusieurs? Ici, on touche à la dimension implicite du don. Le choix risque fort bien d’être orienté selon le degré de compassion et de sensibilité personnelle pour une cause.

La question du don en argent ou en temps bénévole sera aussi à considérer. La générosité prend plusieurs formes : argent, temps, aliments, vêtements, contribution directe aux sans-abri, etc.

Propulsé par 7Dfx