accesskey : 0 liste des accesskeys
accesskey : 1 Accéder directement au menu
accesskey : 2 Accéder directement au contenu
accesskey : 3 Accéder directement au bas de page
Accéder directement au menu Accéder directement au contenu Accéder directement au bas de page
pub

La directrice de santé publique en faveur de la hausse de la taxe sur le tabac

14 janvier 2013 - Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie
La lutte contre le tabagisme est une priorité pour la Direction de santé publique et sa directrice, Dre Jocelyne Sauvé, voit d’un bon œil la récente hausse de la taxe sur le tabac adopté dans le dernier budget du gouvernement du Québec. En effet, plusieurs études réalisées à travers le monde portant sur la consommation de tabac identifient l’augmentation du coût des produits comme l’une des interventions les plus efficaces pour motiver l’arrêt tabagique et pour prévenir l’initiation à la cigarette chez les jeunes.
« Il faut profiter de tous les leviers qui sont à notre disposition pour décourager les gens à fumer. L’augmentation du prix des cigarettes est une des façons pour y parvenir et l’effet de cette mesure est particulièrement efficace chez les jeunes, mentionne Dre Sauvé. Malheureusement, les données nous indiquent que la lutte au tabagisme a stagné au cours des dernières années : plus de 286 000 Montérégiens fument toujours, soit environ 1 personne sur 5. »

Cette stagnation suppose nécessairement que des Québécois s’initient au tabac chaque année et compensent pour les fumeurs qui réussissent à se défaire de cette dépendance et pour ceux qui malheureusement meurent en raison de leur consommation. Dans une perspective de santé publique, la prévention auprès des jeunes est donc au cœur de la lutte à mener contre le tabagisme.

Autre enjeu 
La hausse du prix d’un produit engendrant une dépendance aussi forte que le tabac peut comporter d’autres enjeux. Dans le contexte québécois, la contrebande de produits du tabac constitue un de ces enjeux. Cependant, sur la base des données fournies par le ministère des Finances et de l’Économie du Québec, ce phénomène est en diminution depuis plusieurs années. La contrebande se situe désormais à 15 % au Québec et le gouvernement poursuit ses efforts pour lutter contre ce phénomène.




Services offerts à la population 
Nous soulignons que des services gratuits et de qualité de soutien à la cessation tabagique sont offerts en région. Les fumeurs désireux de se prévaloir de ces services peuvent contacter les centres d’abandon du tabagisme de leur CSSS, recourir aux services de la ligne j’Arrête en composant le 1 866 JARRETE ou consulter le www.jarrete.qc.ca. Ils peuvent également en discuter avec un professionnel de la santé, qu’il soit médecin, pharmacien, infirmière ou dentiste.

« En ce début d’année 2013, j’invite les fumeurs à poser un geste concret pour améliorer leur santé et leur qualité de vie et à utiliser les ressources disponibles pour cesser de fumer », ajoute Dre Sauvé. 
Retour à l'accueil